par Laurent Le Cam publié le 29 novembre 2015

Stefano Cau, collection « Héritage », Printemps-Eté 2016

De la continuité en toutes choses, c’est ma devise, et d’abord en amitié – ce qui n’empêche nullement l’honnêteté intellectuelle. Stefano Cau ayant eu la gentillesse de me faire parvenir des modèles de pré-série de la collection « Héritage », Printemps-Eté 2016, je m’empresse d’en partager les photos avec les lecteurs de Milanese Special Selection, que la richesse des couleurs et la sophistication des motifs ne laissera peut-être pas indifférents.

Par rapport à la ligne principale de Stefano Cau, vendue aujourd’hui principalement dans les grands magasins japonais, la collection « Héritage » se présente comme un rappel du passé, proche (les années 1960, date des débuts de l’entreprise familiale) ou plus lointain (les Arts Décoratifs et leur foisonnement de figures géométriques). Les couleurs sont franches et tranchées, rien à voir ici avec le consensus recherché par des marques plus importantes et institutionnelles comme Drake’s London ou Marinella. Ayant longtemps travaillé pour le compte de grandes marques, propriété de grands groupes (suivez mon regard), revenu désormais à une production plus confidentielle et plus conforme à son tempérament, Stefano Cau peut se permettre quelques écarts stylistiques (que je ne cautionne pas tous, on s’en doute – comme cette chose gris « chiné » ponctuée de carrés entrelacés très bizarre). Paradoxalement, les faux classiques sont les modèles les plus originaux de la collection, à mi-chemin entre un dandysme à la mode de Tokyo et une gaieté étrangère aux conventions sociales. Ce qui m’invite à glisser une remarque : oui, il est possible de porter une cravate pour le seul et unique plaisir de porter une cravate, le grand jeu consistant alors à construire sa tenue en fonction.

Petite touche de fantaisie supplémentaire, une poignée de nœuds papillon vient enrichir pour la première fois la gamme de cravates et accessoires Stefano Cau. Là encore, les effets de matière et la sophistication sont préférés à la commercialité immédiate. En parlant de commerce, une boutique en ligne est prévue. Pour l’instant en phase de test, elle s’annonce déjà comme un laboratoire pour « cravatophiles ». Affaire à suivre. http://www.milanesespecialselection.com/heritage-par-stefano-cau/